Les secrets de Tallinn ?>

Les secrets de Tallinn

Melchior l’apothicaire, c’est toujours l’attente de ma fin d’année, mon délice des fêtes, mon enchantement de janvier. Comme il faut croire que cette année j’ai été particulièrement sage, les livres n’étaient pas encore imprimés que je recevais à la librairie un joli tas de feuilles bien épais et bien relié, pour pouvoir le déguster avant Noël. Merci Papa Noël les éditions Gaïa ! Et ça pour le déguster…je l’ai fait durer, jusqu’à la dernière page, tellement ce nouvel opus est aussi réussi que les précédents !

Melchior se fait vieux. Depuis la mort de Keterlyn, il se sent seul, plongé dans une triste mélancolie, et trouve le réconfort où il peut, le plus souvent dans sa fameuse liqueur d’apothicaire. Son fils est parti en apprentissage au loin pour parfaire sa formation, et Agatha est à Pirita. Il se sent las. Mais la fête du Saint-Sacrement approche à grands pas, et Melchior doit s’occuper des préparatifs.

Originaire de Liège, Corpus Christi est une fête de premier ordre dans les provinces allemandes au XVème siècle. Toute la population participe, notamment la noblesse qui y voit un moyen de rappeler à la ville et à son clergé leur importante piété, mesurée la plupart du temps par l’importance de leurs dons, bien entendu. Un défilé, ostensoir divin en première place, est organisé à travers les rues, suivi par une procession des guildes de la ville, par ordre d’importance. C’est une guilde particulière, la Guilde du Saint-Sacrement, qui est chargée d’organiser la procession, et pour la première fois cette année, un mystère, une représentation théâtrale d’un chapitre biblique. Melchior étant depuis peu membre de cette prestigieuse corporation, il tient donc une place de premier plan, avec une dizaine d’autres personnalités de la ville, avec à leur tête Gerke Gambrinius, un homme de très belle réputation sur le point de se marier avec la douce Metze.

estonia_tallinn_medieval_days_on_town_hall_square_907a02d524494dc69ab3d8f546a247db

Un matin, le moine Hinric, que l’on connaît bien, vient trouver l’apothicaire. Le prieur Rotger a trouvé, au fond de la bibliothèque des dominicains, de vieux écrits datant d’il y a presque cent ans. Il s’agirait d’une chronique de Tallinn, la seule jamais trouvée jusqu’alors, racontant la vie fourmillante de la cité, son histoire, ses ragots, les événements importants. Hinric semble tracassé, mais Melchior est encore un peu confus dans sa tête. La fête se déroule à merveille, le mystère aussi, à ceci près qu’Hinric, membre de la guilde également, ne prêche pas exactement comme il était prévu. Le moine semble soucieux, et, au repas du soir organisé chez Gerke après la procession, ne dit pas un mot.

Quelques heures plus tard, on retrouve Hinric pendu dans la chapelle. Comment un homme, aussi pieux, aussi bon, peut-il être capable de faire une telle chose? De refuser son âme à Dieu de la plus ignoble des façons? Melchior n’y croit pas. Des choses invraisemblables commencent à se passer dans la ville, et les membres de la Guilde semblent pointés du doigt. Du couvents des dominicains jusque chez les apprentis maçons, quelqu’un sème des cadavres, et le mystère s’épaissit.

tallinn

Que penser de ce Syvert Rattenpeck, revenu depuis peu d’un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle pour avoir, sous l’emprise de l’alcool, tué un pauvre malheureux? Qui pourrait en vouloir à Bertolt, le malheureux frère de Gerke Gambrinius, simple d’esprit et à moitié fou? Et il y a aussi Carstine, la petite soeur de Gerke…  Affublée d’un visage si difforme qu’elle a tué sa mère à la naissance, elle s’est retirée à l’hospice Saint-Jean, un sac sur la tête, pour que personne ne la voie, et attendant son meurtrier. Elle sait quelque chose qu’elle ne devrait pas, et prie tous les jours pour qu’il vienne la tuer et la délivre ainsi de ce monde.  Et enfin, il y a la veuve Krouwel, dame Bertha, qui semble très attachée à notre apothicaire… Il faut que Melchior se réveille, qu’il se remue un peu. Tallinn a besoin de son apothicaire, et il faut trouver l’esprit tordu qui est derrière tout ça. Et pourquoi? Y-a t’il tant de choses en jeu, un secret si terrible qu’il fallait tuer pour lui?

Sans compter que nous commençons à avoir quelques nouvelles de Melchior fils, arrivé à Lübeck après la fin prématurée de son apprentissage et qui va faire, disons, de drôles de rencontres…

Je ne saurais que trop vous recommander cette série que je suis depuis le tout premier tome, qui allie la précision historique, le charme et la profondeur de ses personnages et une intrigue diablement – c’est le mot – bien ficelée. Il y a peu de séries littéraires auxquelles je sois réellement accro, et pourtant celle-ci fait sans aucun doute partie du lot ! N’hésitez pas à vous immerger dans la Tallinn du XVème siècle, c’est un voyage qui vaut vraiment la peine d’être fait et dont vous ne reviendrez certainement qu’à moitié !  

Indrek Hargla, La chronique de Tallinn, Ed. Gaïa, janvier 2017, traduit avec brio de l’estonien par Jean-Pascal Ollivry.

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Mary

Laisser un commentaire